Passer au contenu principal

Une équipe de chercheurs fait une découverte importante en immunologie

Une équipe de chercheurs fait une découverte importante en immunologie

Une équipe de chercheurs du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CR-HMR) a récemment identifié un régulateur clé de la fonction des cellules T CD8 qui pourrait permettre de renforcer l’efficacité des vaccins et des thérapies cellulaires. Les travaux, présentés dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences of USA (PNAS), ont été dirigés par Livia Odagiu, étudiante au doctorat sous la supervision de Nathalie Labrecque, chercheure au CR-HMR et professeure au Département de médecine et au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal. 

La réponse des cellules T est cruciale pour protéger l'organisme contre les infections et les cancers. Améliorer la durée de l’action et la réponse effectrice des cellules T est un objectif de longue date en immunothérapie pour produire de meilleurs soins de santé.

Dans son article scientifique, l’équipe de recherche a démontré que le facteur de transcription NR4A3 agit très tôt dans la réponse des cellules T CD8 afin d’influencer le développement des cellules T mémoires qui sont essentielles pour la protection à long-terme contre les infections et les rechutes du cancer. En effet, les chercheurs ont établi qu’une déficience en NR4A3 favorise le développement en cellules T mémoires tout en augmentant leur capacité à produire des cytokines, des substances nécessaires à la destruction de l’agent infectieux ou des cellules cancéreuses.

L’équipe de recherche a aussi identifié le mécanisme moléculaire par lequel NR4A3 influence la réponse des cellules T CD8. La suppression du facteur de transcription NR4A3 favorise l’expression des gènes contrôlant le développement des cellules T mémoires tout en modulant l’action d’autres facteurs transcription lors de l’initiation de la réponse des cellules T CD8. Ceci conduit à un programme d’expression de gènes favorisant le développement des cellules T mémoires et à une amélioration de leurs fonctions effectrices (production de cytokines).

Le projet a été financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). 

« L'identification de ce régulateur clé permettra de renforcer l'efficacité des vaccins et des thérapies cellulaires. » affirme Nathalie Labrecque. 

Pour en savoir plus