Passer au contenu principal

Une étude démontre le rôle déterminant des infirmières praticiennes dans la réduction des coûts pour les CHSLD

Une étude démontre le rôle déterminant des infirmières praticiennes dans la réduction des coûts pour les CHSLD

Les infirmières praticiennes seraient une source d’importantes économies pour les établissements de soins de longue durée (CHSLD) du Québec selon les résultats d’un projet pilote déployé dans six CHSLD auquel Kelley Kilpatrick, professeure agrégée à l’École des sciences infirmières Ingram de l’Université McGill et chercheuse au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont faisant partie du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, a contribué. Les résultats de cette première étude à se pencher sur les impacts économiques des infirmières praticiennes viennent d’être publiés dans la revue Nursing Outlook.

« La plupart des études réalisées dans le monde portent sur la qualité et sur la sécurité des soins de longue durée. On connaît peu de choses au sujet des retombées économiques des soins prodigués par les infirmières praticiennes, notamment au Québec, où la profession n’est apparue que récemment », indique Mme Kilpatrick, coauteure de l’étude. Selon le projet pilote, les économies réalisées grâce à la prise en charge des événements indésirables par les infirmières praticiennes des établissements se chiffreraient entre 1,9 M$ et 3,2 M$ dans les six CHSLD étudiés, notamment grâce à la réduction du temps consacré à l’administration des soins infirmiers liés aux médicaments.

Face au vieillissement de la population et aux besoins grandissants de celle-ci, il devient primordial de déployer des solutions novatrices en matière de soins dans les CHSLD. L’étude vient ainsi confirmer le rôle important des infirmières praticiennes dans la qualité des soins et dans la réduction des coûts.

Pour lire le communiqué complet